L’AGRUME

Texte : Valérie Mréjen
Adaptation et mise en scène : Mélissa Barbaud
Adaptation et jeu : Marie-Bénédicte Cazeneuve
Régie audiovisuelle : Julien Poulain

Durée : 1 heure + 30min de déambulation libre
Jauge : 40 à 45 personnes

À partir de 16 ans

L’Agrume de Valérie Mréjen est un court texte autobiographique, publié chez Allia en 2001. Il retrace, de façon fragmentaire et non chronologique, les étapes d’une histoire d’amour.

Vidéo de présentation du spectacle L’Agrume, de Valérie Mréjen – Cie D.U.R.D.L.E.

Résumé : Valérie avait rencontré Bruno puis ils s’étaient séparés.
C’était il y a quelques mois ou quelques années, suffisamment longtemps pour qu’elle puisse aujourd’hui faire de cette histoire le sujet d’un petit livre à la première personne. Les souvenirs sont nombreux, les anecdotes savoureuses.
La succession des paragraphes à la chronologie incertaine esquisse le portrait de l’amant : un épicurien drôle et cultivé, l’entraînant dans un cycle répété d’espoirs, de grandes joies et d’attentes déçues. Au besoin d’indépendance de Bruno répond l’envie de former un couple de Valérie, qui supporte, plus qu’elle n’accepte, ses absences.

Une femme est seule au plateau : elle pourrait être le personnage du livre, l’autrice du texte, ou bien une comédienne se penchant sur l’ouvrage publié.
Sur scène : des d’objets, et une grande quantité de post-it qui portent sur chacun d’eux, un fragment de cette histoire.

Le spectacle est une forme semi-déambulatoire d’une heure, en petite jauge, et dans un rapport très proche du spectateur. Celui-ci sera amené à parcourir les différentes étapes du processus artistique qui transforme le vécu (intime et privé) en œuvre partageable avec un public.

Une part d’aléatoire intervient dans la structure du spectacle : les représentations ne sont donc pas identiques d’un jour sur l’autre.

Nous avons tenté de retrouver au plateau l’impression que produit la lecture du livre : un récit dont une partie nous échappe, où l’intérêt n’est ni de reconstituer une continuité, ni de connaître la vérité, mais d’observer la mémoire au travail (ce qu’elle conserve, ce qu’elle retient) et de voir ce qu’elle révèle d’une personnalité, d’un rapport au monde.

À l’issue du spectacle, lors de la déambulation libre du public dans le décor, l’équipe reste présente afin d’échanger avec les spectateurs et spectatrices. Des évènements connexes sont également proposés en marge des représentations.

Production D.U.R.D.L.E.
coproduction EPCC d’Issoudun – Centre Culturel Albert Camus ; Théâtre de Chartres ; CDN de Tours – Théâtre Olympia

résidences et soutiens CDN de Tours -Théâtre Olympia ; EPCC d’Issoudun – Centre Culturel Albert Camus ; Théâtre de Chartres ; Espace Malraux -Ville de Joué-Lès-Tours ; CENTQUATRE-Paris dans le cadre du Programme « 90m2 créatif » élaboré entre la Loge et le CENTQUATRE-PARIS ; Université de Tours – Thélème ; La Pléiade à La Riche ; La Charpente à Amboise ; Le Volapük à Tours ; MAME à Tours ; Scène O centre ; CPR -Ça Peut Resservir ateliers de construction à Louviers

soutiens institutionnels DRAC Centre-Val de Loire (aide à la création 2021, aide à la résidence 2022), Région Centre-Val de Loire (Parcours de Production Solidaire 2021, aide à la création 2023), Département Indre et Loire (aide à la création 2021, FICS 2022), Ville de TOURS / LABEL RAYONS FRAIS (création + diffusion)

Retour en haut